01 45 66 72 46 contact@eretra.fr

NOS MÉTHODES D'INTERVENTIONS

Qui sommes-nous ?

Déroulement d’une intervention

Pour aider les représentants du personnel au CHSCT à tenir leur rôle d’acteur de la santé et de la sécurité au travail et à peser sur les transformations, eretra met l’analyse du travail réel au centre de sa démarche. En d’autres termes, notre méthodologie se base sur les concepts et outils de l’ergonomie.

Le travail réel est le travail tel qu’il se réalise concrètement au poste de travail, et son analyse a pour objectif de comprendre le résultat de ce travail (actions, objectifs poursuivis par le travailleur) dans une perspective systémique.

En effet, une situation de travail est un système qui comprend des déterminants et des effets du travail réel. Les déterminants de cette situation sont les hommes, leurs compétences et leur état de santé, mais aussi le contexte social et économique de l’entreprise, l’organisation du travail mise en place, les dispositifs techniques mis à disposition, l’environnement physique, etc.

Ces déterminants conditionnent la réalisation concrète du travail et a des effets positifs ou négatifs pour les travailleurs (compétences, sécurité, santé) et pour l’entreprise (productivité, fiabilité, qualité, etc.).

Analyse de la demande & reformulation

Suite à notre désignation par les Représentants du personnel au CHSCT, nous sollicitons un entretien avec eux d’une part, et avec le président du CHSCT (qui peut être accompagné d’autre(s) membre(s) de la direction) d’autre part.

 

Ces rencontres ont pour finalité de préciser la demande des Représentants du personnel au CHSCT, ainsi que sa genèse et les enjeux, et de recueillir le positionnement des différents acteurs concernant cette demande d’expertise. Cependant, il n’est pas rare que le président du CHSCT ne pose aucune attente particulière quant aux éléments que peut amener l’expertise.

 

En outre, cette étape permet de recueillir les éléments nécessaires à un premier niveau de reformulation de la demande. Ce travail de reformulation se poursuit et se précise lors des rencontres préalables (qui ont lieu lors du pré diagnostic).

Méthodologie appliquée

Élaboration d’un pré diagnostic

L’intervention démarre systématiquement par une phase d’entretiens avec les responsables de l’entreprise des différents services ainsi qu’avec les acteurs de la prévention en interne (représentants du personnel au CHSCT, président(e) du CHSCT, responsable hygiène et sécurité, médecin du travail, infirmière, assistante sociale, psychologue du travail, etc.) et parfois en externe (inspection du travail, contrôleur de la CARSAT). Dans le cadre d’un projet, c’est aussi à cette étape que nous rencontrons l’équipe projet.

Cette phase permet aux intervenants de prendre connaissance de l’organisation de l’entreprise, de son histoire, du mode de fonctionnement de la politique de prévention des risques professionnels, des caractéristiques de la population et de l’état de la réflexion de l’entreprise sur la problématique abordée par l’expertise, ainsi que des actions déjà menées sur le sujet.

Une analyse des documents obligatoires tels que le bilan social, le bilan HSCT, le rapport de la médecine du travail, le Document Unique d’Evaluation des Risques (DUER), le Programme Annuel de Prévention des RIsques Professionnels et d’Amélioration des Conditions de Travail (PAPRIPACT), etc., complète ce pré diagnostic.

Analyse des situations de travail réelles

L’intervention se poursuit ensuite avec l’analyse de l’activité de travail. Cette analyse est réalisée par le biais d’entretiens individuels avec des salariés volontaires, issus d’un échantillon représentatif. L’anonymat des propos recueillis est garanti.

Ces entretiens semi directifs permettent de recueillir les verbalisations des salariés à propos de leur activité et de leurs conditions de travail, de santé et de sécurité. Ils permettent ainsi à l’équipe d’intervenants de se construire une première représentation des situations de travail.

Suite à ces entretiens, l’équipe détermine les situations de travail caractéristiques sur lesquelles elle va mener des observations plus systématiques. Les salariés observés doivent être volontaires et l’anonymat des données recueillies est garanti. L’observation permet d’objectiver la description des situations et conditions de travail.

Diagnostic

Tout au long de ces phases de travail, l’équipe d’intervenants travaille sur les données recueillies. Ces échanges permettent de poser le diagnostic, c’est-à-dire d’élaborer une vision systémique de la situation de travail enrichie des connaissances scientifiques et techniques.

Le diagnostic construit à partir de l’analyse du travail permet au CHSCT d’interroger sous un nouvel angle l’organisation du travail, les conditions de travail, la santé et la sécurité des travailleurs, les évolutions de l’entreprise.

Recommandations & transfert

La dernière étape du travail d’expertise consiste à proposer des axes de réflexion ou d’identifier des points de vigilance pour aider les Représentants du personnel, mais aussi l’instance du CHSCT dans son ensemble, à remplir les missions qui lui sont attribuées par le Code du travail. Ainsi, l’équipe d’intervenants indique un certain nombre de propositions susceptibles d’améliorer les conditions de travail et la prévention des risques professionnels ou d’éliminer sinon réduire les risques créés par un projet pour les conditions de travail, la santé ou la sécurité des salariés.

Ces pistes permettront aux Représentants du personnel au CHSCT et à la direction, de débattre d’actions à mettre en œuvre.

Un rapport reprenant les éléments construits lors du pré diagnostic et du diagnostic est remis au CHSCT. L’équipe d’intervenants est ensuite invitée à une réunion du CHSCT au cours de laquelle elle présente ses résultats et répond aux questions – observations des membres du CHSCT sur ce rapport.

Précisons qu’une réunion préparatoire entre l’équipe d’intervenant et les Représentants du personnel au CHSCT précède cette réunion de l’instance. En effet, tout au long du déroulement de l’expertise, l’équipe d’intervenants échange avec les Représentants du personnel au CHSCT afin de transmettre des connaissances et outils qui pourront leur servir dans l’exercice de leurs missions.

eretra met l’analyse
du travail réel
au centre de sa démarche