01 45 66 72 46 contact@eretra.fr

Centrale de Cordemais: EDF réclame l’annulation d’une demande d’expertise sur l’amiante

22 Mar 2017 | Expertise | 0 commentaires

L’électricien estime que cette demande de saisine d’un expert indépendant, votée il y a un mois par le comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) de la centrale, est nulle, le « risque grave » d’une exposition à l’amiante pour la sécurité et la santé des agents EDF n’étant pas prouvé.

« La problématique amiante sur ce site est connue depuis 40 ans et depuis 40 ans des mesures sont prises », a souligné l’avocat de la société, Arnaud Camus. Sur les quelque 10.000 interventions comptabilisées en 2016 à Cordemais, 12 ont donné lieu à la délivrance de « fiches d’exposition accidentelle qui ne sont absolument pas la preuve d’une exposition à des fibres d’amiante et donc à un danger grave », a-t-il plaidé.
« La jurisprudence est drastique. Le risque grave, c’est la simple exposition d’agents qui interviennent sur des matériaux amiantés », a soutenu de son côté l’avocat des représentants du personnel, Fabrice Février.
La demande d’expertise a été votée après la remise du rapport d’un audit interne de la direction de la centrale, « un peu catastrophique » sur la maîtrise du risque amiante sur le site, avec notamment une cartographie répertoriant les matériaux amiantés « pas à jour », a-t-il lancé à l’audience.
La décision doit être rendue le 6 avril.
« C’est intolérable qu’ils nous assignent pour annuler une expertise, qui a pour but de travailler à l’amélioration des conditions de travail » des agents EDF et de leurs prestataires, a déclaré Gwenaël Plagne, délégué CGT de la centrale de Cordemais.
Plusieurs dizaines de salariés s’étaient rassemblés dès 08H00 devant le palais de Justice. Ils ont déposé quatre cercueils et déployé des banderoles proclamant « Empoisonnement Stop », « EDF-assassin » ou « On travaille pour gagner sa vie ! Pas pour la perdre ! ».
Mise en service en 1970, la centrale thermique de Cordemais dispose de deux unités de production au charbon et deux unités au fioul et fait travailler 426 agents EDF et 250 salariés d’entreprises prestataires.